Nous voilà depuis quelques années à entendre, lire, utiliser un mot anglais qui nous évoque une tendance un peu particulière à nous, français : coworking.

Le coworking, littéralement le cotravail… Ah, parce que le travail – en tout cas, quand il y a plus de 1 salarié dans une structure – ce n’est pas du cotravail ? du travail en commun ? en collectif ?

Bon, effectivement, il va falloir expliquer un peu la notion qui va bien au délà de cette traduction et de certaines croyances aussi probablement (enfin, pour ceux qui n’ont jamais expérimenté le coworking).

Un peu d’histoire…

Le coworking est né à Berlin dans les années 1990 où les hackers se sont regroupés dans un même lieu pour se consacrer à leur passion pour l’informatique dans un esprit communautaire. Ils partagent un même espace pour donner du temps à des activités d’un même domaine et peuvent ainsi partager de leurs expériences, solutionner des problématiques par l’intelligence collective, rompre leur isolement physique.

Avec l’émergence des activités numériques et des projets professionnels de plus en plus indépendants, IBM a mis en place ce genre de concept de bureaux proches des domiciles de ses salariés.

L’expression “espace de coworking” est lancée aux Etats Unis dans les années 2000 avec l’ouverture des premiers lieux partagés dans les grandes villes.

Le concept

Le concept est de mutualiser un espace pour travailler, incluant la mise en commun du matériel, des équipements, des aménagements, du fonctionnement et de la gestion des locaux. Souvent, les locaux se composent d’un openspace, de bureaux, d’ateliers, de salles de réunion, de sanitaires, d’une cuisine et d’une salle de pause, connectés à internet, équipés de divers matériels (mobiliers, écrans, vidéoprojecteurs, sono, tableaux,…).

En lien avec l’histoire de l’émergence de ces espaces, c’est d’abord des espaces de coworking dédiés à des domaines d’activités similaires qui ont vu le jour. Puis des entrepreneurs ont développé des lieux de services pour mettre à disposition des personnes qui effectuent leur tâches professionnelles hors de leur entreprise ou qui ont une activité indépendante, un espace de travail “prêt à l’usage”. En effet, le coworker, utilisateur de ces lieux, vient avec son propre matériel de travail ou utilise le matériel mis à disposition, et peut se consacrer directement à ses tâches. Les coworkers se retrouvent sur les temps de pause pour échanger.

Le coworking est donc une forme de colocation professionnelle. Il s’agit de partage d’un espace de travail.

Dans cet esprit d’ouverture, l’usage des lieux s’adapte aux besoins : 1h, quelques heures, quelques journées, régulièrement, à temps plein, de manière illimitée.

Certains espaces proposent uniquement la réponse en bâtiment, d’autres font le choix d’accueillir et d’accompagner les utilisateurs et instaurent une ambiance et une animation grâce à des “facilitateurs”, une mission entre concierge-animateur-coordinateur-commercial-communicant.

Les règles de vie et l’ambiance diffèrent d’un espace à un autre. Les niveaux de participation des utilisateurs sont aussi à l’image du lieu et de la manière dont il a été conceptualisé et créé.

Les croyances

Les idées reçues limitent le coworking aux freelances de l’informatique ou du web, dans un esprit startup, avec le babyfoot au milieu de l’openspace. Ca existe. Mais le coworking, ce n’est pas que ça. 

C’est aussi un lieu à l’ambiance entrepreneuriale où chacun consacre pleinement son temps à développer son activité, à utiliser les salles pour recevoir ses clients, à proposer des ateliers, des formations, des conférences à des personnes extérieures. 

Cela peut être aussi un lieu de réflexion collective, de création collaborative, d’émergence et de déploiement de projets collectifs ou non.

La plus value

Au délà de l’aspect financier non négligeable qui permet aux utilisateurs de bénéficier d’un espace de travail moins coûteux que de louer une cellule indépendante, d’autres intérêts sont garantis :

  • Equipements disponibles et inclus pour travailler dans de bonnes conditions (fibre, mobilier, écrans, vidéoprojecteur,…),
  • Flexibilité d’usage de l’espace. C’est quand vous voulez en fonction de vos besoins,
  • Il est possible d’être membre d’un espace de coworking et bénéficier de l’usage des locaux de manière illimitée sans engagement de durée. Il n’y a pas d’engagement contractuel sous forme de bail qui engagerait la personne sur une longue durée,
  • Visibilité de son activité professionnelle,
  • Disposer d’outils de travail adaptés pour le tâches numériques, 
  • Rapprochement de son domicile et réduction des mobilités polluantes,
  • Accueillir ses clients, 
  • Rencontrer et échanger avec d’autres professionnels,
  • Bénéficier de l’expérience des autres utilisateurs et faire avancer les projets grâce à leur soutien et l’intelligence collective,
  • Disposer de salles de réunion à proximité et à tarif préférentiel,
  • Se décharger de toute la gestion d’un local (ménage, entretien technique, assurance des locaux, gestion des énergies, stock produits courants).

La singularité de Odysséo, Redon

Odysséo a été fondé en novembre 2019 par des entrepreneurs qui avaient eux-mêmes besoin de locaux et avaient à coeur de pouvoir échanger quotidiennement avec d’autres professionnels. Quand nous vivons des situations similaires, nous sommes plus à même de pouvoir apporter un soutien qui, souvent, débloque une problématique qui nous empêche d’avancer et d’être serein.

« Tout seul on va plus vite ; à plusieurs, on va plus loin ». C’est ce qui nourrit chaque jour Odysséo. Le collectif nous tire vers le haut.

Odysséo se veut un lieu de vie autour du travail, équipé, aménagé, animé pour :

  • rompre l’isolement des indépendants et travailleurs solo,
  • séparer la vie personnelle et professionnelle,
  • partager les expériences,
  • stimuler la créativité,
  • développer de nouvelles opportunités d’affaires et de projets innovants,
  • monter en compétences,
  • exercer son activité simplement, faciliter l’exercice de son activité.

Grâce à des moyens mis à disposition :

  • des personnes qui accueillent, aident à l’installation, soutiennent les projets, offrent des services,
  • des locaux configurés pour le travail et le partage,
  • du mobilier adapté à la productivité et la créativité,
  • des outils adaptés à l’animation et la collaboration,
  • une communauté d’utilisateurs impliqués,
  • des compétences disponibles et complémentaires,
  • des événements internes,
  • des événements ouverts,
  • un réseau de partenaires du territoire,
  • un réseau d’espaces de coworking 35 et 44.

Essayer, c’est l’adopter

Les coworkers de ces espaces partagés, expérimentés ou nouveaux, s’approprient facilement les espaces et créent des liens rapidement avec les autres occupants. Les nouveaux utilisateurs peuvent être un peu perdus dans les codes d’usage lors des premières occupations.

Pour les novices, à Odysséo, nous conseillons de venir visiter les lieux et de venir aux événements. Cela permet de s’immerger dans l’ambiance et sentir si le lieu nous correspond, de rencontrer les premiers visages qui seront aussi les premiers repères lors de l’entrée, de vérifier si les valeurs, l’aménagement, les équipements nous conviennent et d’échanger sur les prestations, les tarifs, le fonctionnement des entrées, la création du compte, les modalités d’installation, les règles de vie,…

Contactez-nous pour visiter les locaux et rencontrer l’équipe :

06 43 79 21 95 ou contact@odysseo.bzh